All posts by komlavi

Interview with Mahamadou Abdoulaye – Part 2

Our village is called Tounga. Our parents came from Ambalia in Nigeria.

We came here about 50 years ago.

Our parents settled here while on the search for fish since we don’t practice agriculture. Even us as the younger generations only practice fishing. In the past, our father would leave us here to fish as he continued to Mali to fish. He has passed away.
Our father would leave us here and continue to Mali. When returning, he will take the fish that we have smoked and add it to his smoked fish which he sold in Nigeria.
In the past, when our father left us here to continue to Mali, we weren’t numerous. But nowadays there are many people and we’ve established a full village. When necessary, people travel back to the original village to visit family.

In our culture, fishing is an activity handled only by men. We fish in the morning and in the afternoon. In the afternoon we cast our fishing nets in the river and in the morning we check them to see what we captured. When we come home with our catch, women take care of the rest. They smoke it and are also in charge of conserving it just like a farmer would store his harvest in a granary. When we’re able to store a large quantity of fish, we sell it. The income is spent on rations and foodstuff which are stocked. We then save the rest of the money.
We engage in all of our fishing activities with our children so they can learn.

Fish is more available during the rainy season; it is abundant. It is during the cold season that fish becomes rare and consequently fishing becomes  just barely sufficient to feed our families.
Back when we first settled here, there were a lot more fish because the river was full of water.

We have a “master of the waters” who lives in Boumba. His name is
Moumouni.

The role of the Sarkin Rua (master of the waters/leader of the fishermen) is to provide solutions for every difficulty faced by fishermen. When rangers arrest us and we can’t free ourselves, it is Sarkin Rua’s responsibility to negotiate with the rangers and come to beneficial solution. It is also the Sarkin Rua that represents us in any gathering concerning fishermen.
The Sarkin Rua must be a fisherman who, contrary to younger generations, can handle certain difficulties and obstacles that fisherman face on the river while fishing. For example, Sarkin Rua must be capable of expelling a caiman or hippopotamuses causes damages to the community. Those are some of the criteria that the Sarkin Rua must satisfy. He must also be courageous, not cowardly. Therefore the role of Sarkin Rua is not suited for anybody.

We pay taxes to the leader of Tanday, a Zarma village.
The leader of Tanday also plays an important role concerning our fishing activities. Often times when the village leader notices us encountering difficulties with rangers, he intervenes in our favor to Amirou, the canton leader, who works towards a solution for the problem.
Therefore whenever there is an issue between rangers and us, the village leader intervenes by finding a solution to the problem.

We have some family among those journeying fishermen from Nigeria that sail to Mali each year. These fishermen that go to Mali are all Hausa.
We call these traveling fishermen “zani Gao”, “I’m going to Gao“. They are all Hausa.
When such fishermen travel to Gao, they stop by here (with us) for some time. Some spend the night with us and others spend the day before getting back on their route.
When the fishermen come here, we take benefit from the experience of the older ones by taking the opportunity to enrich our own knowledge regarding fishing and the river. Sometimes we observe them doing things just to learn from them.

In the past, there were many more fishing boats journeying because fish was abundant. During those times, one could observe canoes in groupings of 7, 8, or even 10. Nowadays however, there is less fish available and the groupings have decreased to 2, 3 or 4 canoes. This diminishing of the number of canoes is also due to the fact that many of fishermen have gotten too old and can no longer sail. Among these aging fishermen, some have children who are also incapable of handling the journey, but others have children who they can depend on to participate in the journeys during fishing seasons.
The number of fishing canoes during fishing seasons has decreased because the quantity of fish has decreased. This decreased in the quantity of fish is due the lowering of the river’s water level. In the past, “black water” or “hari bio” was abundant and therefore so was fish. Nowadays we notice that such water is diminishing each year and consequently, there is less fish. This is why many fishermen prefer staying home and resting; because partaking in the fishing season journey incurs suffering and not enough gains through fishing.
For example, when you’re a journeying fisherman and you have two youngsters with you, you buy a canoe and a set of fishing instruments for each. Before leaving for the journey, fishermen bring rations and goods for the entire fishing season. They return home before the provisions are finished.
Journeying fishermen don’t sell their caught fish on the spot; they smoke it so they can transport it back home with them.

Thank you infinitely for your time.

Interview with Mahamadou Abdoulaye – Fisherman from Tounga

I fish the following fish species:  “zoko”, “daria”, “salimbalé”, “diyo”, “bangou yô”, “dessi”, “fottoforo”, “doukoirey”, “doubi”, “koukoutou”, “kouala”. [0:26-0:53]
The fish you have just listed, are they all large types?
Among these fish, there are large ones. I frequently see
zoko”, which can weigh 80 kg, 60 kg, 50 kg or less. The fish called “koula” weighs 3 kg, 4 kg or 5,5kg. “Daria” can weigh 3 kg, 4 kg, 5 kg up to 8 kg sometimes. “Dinko” weighs 12 kg, 11 kg or less. The fish known as “bangou yô” weighs no more than 4.5 kg. The “dessi kirey” weighs between 2 and 12 kg. The “fottoforo” fish weighs between 1 and 2 kg. The “koukoutou” are weighed in bunches of 2 and 3 kg. [0:58-2:03]
Which fish you you tend to catch often?
The “koukoutou” are the fish that I catch the most. [2:16-2:18]
Which ones are rare?
The fish that are most difficult to find are “zoko”, “kouala” et “salimbalé”.  “Daria” can be caught on a daily basis when in season.[2:22-2:38]
Are there any endangered fish species? Or ones that are becoming very rare?
There are some fish species that can now lo longer be found in the river. This is the case for the fish called “zangay”, which the Zarmas refer to as “guiguiri béri”. Our grandparents used to catch those fish but nowadays they are extinct. Another type of “salimbalé” that we call “zorou” no longer exists. A fish called “youma” also no longer exists. [2:48-3:17]

As a fisherman, what are the problems you encounter? Are Park rangers problematic to you? We also observed that your fishing nets are damaged. What was the cause?
As you saw, my nets are damaged and I will be forced to buy new ones when I acquire the means. The animals are to blame from damages to our nets, and we’re powerless in such situation. We’re not hunters so we can’t prevent them from destroying our nets; we are forced to tolerate such wild animals. [3:39]
Elephants and hippopotamuses are the animals that damage our equipment on a daily basis. [4:02-4:27]
Do you have any means of dealing with such issues? Like mystic practices and magic?
We the young ones are don’t hold the secrets once used by our ancestors to prevent wild animals from damaging our fishing nets. This is explicable by the fact that younger generations have converted to Islam and therefore can no longer continue certain animist practices. This contrasts with the practices of our ancestors, who even when unable to kill the wild animals (elephants and hippos), used other methods to drive them out of their fishing areas. There are still some young ones knowledgeable about the practices that can be used to drive out the wild animals bothering us but they don’t employ them due to the influence of Islam, which grants all living beings the right to nourishment. [4:38-5:07]
How did people in the past deal with such issues precisely?
In order to hunt wild animals, incantations were done. For example, in order to keep a caiman restricted to one area of the river or to drive it out of the area, we made incantations. To restrict it to one area of of the river, we would make incantations on a rock and throw it into the desired area; the caiman will forever be restricted to that area. To make the caiman go away, we made incantations on a calabash which we threw into the river. The caiman will follow the calabash where ever it went. [5:16-5:57]

Are there any possessed fish to avoid in the river?
There are no such things as fish possessed by spirits that we should avoid catching. There is a called “hani” though, which we shouldn’t touch with our hands without first beating and killing it because its body is electrically charged. [6:33-6:42]
Are there any fish that you throw back into the river?
We catch every type of fish in the river, but when we catch the small “zoko“, we release it back, because it is a species of large fish and it is better to let them grow before catching them. [7:23-7:42]
The same applies for the fish we call “daria“. When the river over-floods, we can fish all day because fish is abundant in the river. Those who can’t fish all day can simply set up their fishing nets in the afternoons and check them in the morning. [7:55-8:34]

When fish is not abundant like it is now, how do you manage?
But in the cold season, fish are difficult to catch even with nets. Therefore beside fishing, we must rely on another activity in order to survive. But in the past, with the passing of the red water or “hari kira”, we could catch up to 10 kg or even more. We could have a daily income of 5.000 fcfa, 10.000 fcfa voire 20.000 fcfa. Fishing is also reliable the hot season when the water level lowers. [8:42-9:28]
I use 2,2.5,3,5,5, and 6-finger fishing nets(?). I also use the “goura“, the “mamari“, the “birdji”, and le “lingo”. Each of these instruments is specialized to catch differently sized fish. [10:04-10:39]

Part 2 – Lifestyle

Entretien Avec Mahamadou Abdoulaye – Ancient Pêcheur de Tounga

Je pêche les espèces de poissons suivantes : “zoko”, “daria”, “salimbalé”, “diyo”, “bangou yô”, “dessi”, “fottoforo”, “doukoirey”, “doubi”, “koukoutou”, “kouala”. [0:26-0:53]
Sont-ils tous large, ces poissons la? 
Parmi ces poissons il y’a ceux qui sont de grande taille. J’ai l’habitude de voir un “zoko” qui pèse 80 kg, 60 kg, 50 kg ou moins de 50 kg. Le poisson appelé “koula” pèse 3 kg, 4 kg ou 5,5gk. “Daria” pèse 3 kg, 4 kg, 5 kg jusqu’à 8 kg parfois. “Dinko” pèse 12 kg, 11 kg et moins. Le poisson “bangou yô” ne pèse pas plus de 4,5 kg. Le “dessi kirey” pèse entre 2 kg et 12 kg. Le poisson “fottoforo” pèse entre 1 et 2 kg. Les poissons “koukoutou” sont pesés par tas qui font entre 2 et 3 kg. [0:58-2:03]
Quels poissons sont les plus abondants? 
Les “koukoutou” sont les poissons que je pêche le plus. [2:16-2:18]
Lesquels sont rares? 
Les poissons qu’on arrive rarement à pêcher ce sont les poissons qu’on appelle “zoko”, “kouala” et “salimbalé”. Mais pour ce qui est du poisson “daria” on en pêche tous les jours quand quand c’est sa période. [2:22-2:38]
Est-ce qu’ils y a des espèces en voie de disparition?
Il y’a des espèces de poissons qui ont disparu aujourd’hui. C’est le cas notamment du poisson qu’on appelle “zangay” et que les Zarmas appellent “guiguiri béri”. Nos grands parents pêchaient ces espèces de poissons mais de nos jours elles ont disparu. Il y a aussi un autre type de “salimbalé” qu’on appelle “zorou” qui n’existe plus. Il y a aussi le poisson qu’on appelle “youma” qui n’existe plus. [2:48-3:17]

En temps que pêcheur, quels problèmes avez vous fréquemment? Est-ce que les forestiers vous dérangent? Nous avons aussi aperçus que vos filets de pêche sont endommagés, pourquoi cela? 
Vous avez vu mes filets sont endommagés et je suis obligé d’en racheter d’autres quand j’aurais les moyens. Ce sont les animaux qui endommagent nos filets et contre ça on ne peut rien faire. On n’est pas des chasseurs et on ne peut pas les empêcher de détruire nos filets donc on est obligé patient avec ces animaux sauvages. [3:39]
Ce sont les éléphants et les hippopotames qui endommagent nos filets et ils le font chaque jour. [4:02-4:27]
Qu’est ce vous faites pour vous débarrasser de ces problèmes? Est-ce que vous utilisez de la magie ou bien des pratique occultes? 
Nous les jeunes, nous n’avons pas les secrets dont disposaient les anciens pour empêcher que ces animaux sauvages ne nous endommagent nos filets. Et cela s’explique par le fait que les jeunes sont devenus des musulmans et ne peuvent pas faire certaines pratiques animistes. Mais les anciens même à défaut de pouvoir tuer ces animaux sauvages (éléphants et hippopotames) font des choses qui permettent de les chasser des endroits de pêche. Il y a encore des jeunes qui connaissent les pratiques pour chasser ces animaux sauvages qui nous embêtent mais ils ne le font pas sous le poids de l’islam parce ces animaux aussi sont des êtres vivants et ont de ce fait le droit de chercher de quoi se nourrir. [4:38-5:07]
Vos ancêtres, comment faisaient-ils face à ses problèmes?
Pour chasser des animaux sauvages on faisait des incantations. Par exemple pour maintenir un caïman en un seul point du fleuve ou le faire partir ailleurs, on faisait des incantations. Pour le maintenir en un seul lieu du fleuve on fait des incantations sur une pierre qu’on jette à l’endroit souhaité et le caïman y resterait pour toujours. Et pour le faire partir quelque part on fait des incantations dans une calebasse neuve qu’on jette dans le fleuve et le caïman va suivre la calebasse partout où elle va. [5:16-5:57]

Est-ce qu’il y a des poisson possédés à ne pas attraper dans le fleuve?
Il n’ya pas de poisson qui est possédé par un géni et que nous ne devons pas pêcher. Mais il y a un poisson qu’on appelle “hani” qu’on ne peut pas toucher à la main sans d’abord le battre et le tuer parce qu’il a de l’électricité dans son corps. [6:33-7:00]
Est-ce qu’il y a des poisson dont vous rejetez dans le fleuve?
On pêche toutes les espèces de poisson mais quand on pêche des petits “zoko” on les relâche parce que c’est une espèce de poisson de grande taille et il est bien de les laisser grossir avant de les pêcher. [7:23-7:42]
C’est la même chose pour ce qui est du poisson qu’on appelle “daria“.
En période de crue du fleuve on peut pêcher toute la journée parce qu’il y a plus de poisson. Pour les gens qui ne peuvent pas passer toute la journée entrain de pêcher ils placent tout simplement leurs filets les après midis pour aller les vérifier les matins. [7:55-8:34]

Quand le poisson se fait rare, comment arrivez-vous à survivre?
Mais en période de froid même quand on place les filets on ne peut pas avoir beaucoup de poissons. Donc en dehors de la pêche, il faut avoir une autre activité pour pouvoir survivre. Mais dans le passé au passage de l’eau “rouge” ou “hari kira” on peut avoir 10 kg de poissons ou même plus. On peut faire des recettes de 5.000 fcfa, 10.000 fcfa voire 20.000 fcfa par jour. A la période chaude où l’eau se retire aussi la pêche est relative bonne et on arrive à satisfaire nos besoins. [8:42-9:28]
J’utilise des filets deux doigts, deux doigts et demi, trois doigts, cinq doigts et six doigts. J’utilise aussi le “goura“, le “mamari“, le “birdji”, et le “lingo”. Chacun de ces instruments est spécialisé pour pêcher des poissons de tailles différentes. [10:04-10:39]

Deuxieme Partie – Mode de vie

Entretien Avec Mahamadou Abdoulaye – 2eme partie

Notre village s’appelle Tounga. Nos parents sont venus d’Ambalia au Nigeria.
On est venu ici il y a environ 50 ans de cela.
Nos parents se sont installés ici à la recherche du poisson parce que nous, nous ne pratiquons pas l’agriculture. Même nous les jeunes nous ne pratiquons que la pêche. Dans le passé, notre père nous laissait ici pour faire la pêche et lui, il continuait sur le Mali pour pêcher. Mais aujourd’hui notre père est décédé.
Notre père nous laissait ici pour continuer sur le Mali. A son retour il prenait le poisson que nous avons fumé et le rajoute à son poisson fumé du Mali pour aller vendre au Nigeria.
Avant, quand notre père nous laissé ici pour continuer au Mali on n’était pas nombreux. Mais aujourd’hui il y a beaucoup de gens, on est devenu un village entier. En cas de besoin les gens vont au village d’origine pour rendre visite à la famille.

Chez nous ce sont les hommes seulement qui font la pêche. On fait la pêche le matin et le soir. Le soir on place nos filets dans le fleuve et le matin on va voir ce qu’on a pu capturer dans nos filets. Quand on revient à la maison avec le poisson ce sont les femmes qui l’arrangent, elles le fument et elles s’occupent aussi de le conserver comme le cultivateur met sa récolte dans un grenier. Quand on arrive à conserver une grande quantité de poisson on le vend. Avec l’argent on achète des sacs de vivres pour stocker. On épargne le reste de l’argent.
Quand on fait nos activités de pêche, on va avec les enfants pour qu’ils apprennent.

En saison des pluies le poisson est plus abondant. Mais en période de froid on pêche peu de poisson et ça nous permet juste de pouvoir nourrir nos familles.
A l’époque où on s’est installé ici il y avait beaucoup plus de poissons parce que le fleuve était plein d’eau.

On a un chef des pêcheurs qui est à Boumba, il s’appelle Moumouni.
Le rôle du Sarkin Rua (chef des pêcheurs) est de trouver des solutions à chaque difficulté qui se pose aux pêcheurs. Quand les forestiers nous arrêtent et qu’on n’arrive pas à se libérer par nous-mêmes, c’est au Sarkin Rua de négocier avec eux (les forestiers) pour trouver une solution heureuse. C’est aussi le Sarkin Rua qui nous représente et nous défend au niveau des rencontres concernant les pêcheurs.
Le Sarkin Rua doit être un pêcheur qui à la différence des jeunes peut faire face à certaines difficultés ou obstacles que les pêcheurs rencontreraient dans le fleuve, dans leur activité de pêche. Par exemple le Sarkin Rua doit être capable de chasser un caïman ou un hippopotame qui cause des dégâts ou qui attaque les gens. Ce sont là quelques critère que doit remplir un Sarkin Rua. Le Sarkin Rua doit être courageux, il ne doit pas être un peureux. Donc ce n’est pas donné à n’importe qui d’être Sarkin Rua.

Nous payons l’impôtau chef de Tanday, un village Zarma.
Le chef du village de Tanday joue aussi un rôle important dans nos activités de pêcheurs. Souvent quand le chef du village constate que nous rencontrons des difficultés avec les forestiers, il intercède en notre faveur auprès d’Amirou, le chef du canton qui cherche une solution au problème.
Donc quand il y a un problème entre les forestiers et nous, le chef du village intervient pour trouver une solution au problème.

Nous avons des parents parmi les pêcheurs itinérants du Nigeria qui vont au Mali chaque année. Ces pêcheurs sont tous des Hausa qui partent pêcher au Mali.
Nous appelons ces pêcheurs itinérants les “zani Gao” qui signifie “je vais à Gao“. mais ils sont tous des Hausa.
Quand ces pêcheurs passent pour aller à Gao, ils s’arrêtent chez nous pour quelques temps. Certaines passent une nuit avec nous et d’autres passent la journée avant de continuer leur chemin.
Quand ces pêcheurs s’arrêtent chez nous, nous profitons de l’expérience des plus âgés d’entre eux pour enrichir d’avantage nos connaissances en matière de pêche. Parfois nous les observons faire quelque chose pour pouvoir apprendre.

Par le passé il y’avait beaucoup plus de pirogues de pêcheurs itinérants car le poisson est plus abondant et à cette époque, on pouvait voir passer des pirogues par groupe de 10, de 7 ou de 8.
Mais aujourd’hui où il y’a mois de poisson on ne voit que des groupes de 2,3 ou 4 pirogues. Cette diminution du nombre de pirogues est aussi due au fait que beaucoup des pêcheurs qui faisaient ce déplacement ont vieillis et ne peuvent plus voyager. Et parmi leurs enfants aussi certains ne peuvent pas faire le déplacement comme le faisaient leurs parents. Mais certains vieux qui ont des enfants sur qui ils peuvent compter continuer encore d’aller aux saisons de pêche.
Le nombre de pirogues des pêcheurs itinérants a diminué parce que la quantité de poissons a démunie à cause du recul de l’eau du fleuve. Dans le passé l’eau “noire” ou “hari bio” est plus abondante et il y avait beaucoup de poissons. Mais on constate que cette eau diminue d’année en année et ça fait qu’il y a moins de poissons. C’est pourquoi beaucoup de pêcheurs préfèrent rester à la maison pour se reposer car allant faire la saison de pêche, on souffre beaucoup et on gagne peu de poisson.
Quand tu es par exemple un pêcheur itinérant et que tu as deux jeunes avec toi, tu achètes une pirogue et des instruments de pêche à chacun d’eux. En partant les pêcheurs amènent leurs vivres pour toute la saison de pêche. Et avant que les provisions ne s’épuisent ils reviennent à la maison.
Les pêcheurs itinérants ne vendent pas leur poisson sur place, ils le fument pour revenir à la maison avec.

Merci énormément pour votre temps.

Interview with “Rouge” – Gaya

Why do accidents keep occurring near that big rock formation?
There have so far been three accidents in that area. [0:36-0:40]
<A canoe holding many passengers stops by to pick up another one.>

The area where the accident occurred has always been a dangerous one (haunted by spirits). There is a rock in the area and even when the water level lowers, people are reluctant to approach it. [1:39-1:53]
This area with the rock is one inhabited by “satans”; by the devil. When you get within 500 meters of the rock, you will no longer be able to steer your canoe because at that distance, there is a magnetic-like force that pull you towards the rock. [1:56-2:18]
Additionally, the water surrounding the rock is very deep. It’s like a bottomless well.  [2:19-2:22]
Do people suffer from losses and damages following the accidents near the rock?
The accidents near the rock incur many losses. The previous accident in the area lead to a registered value of losses of 18 million Francs CFA.  [2:25-2:37]
The pinnace that sank was transporting sugar (425 metric tons), salt, concentrated milk and some broth cubes.  Nothing was salvaged out of all these products because the cardboard boxes holding them got wet and tore, dispersing their contents in the river. [2:49-3:22]
Where the pinnace sank was very deep. Even when the water level lowers, only people that are very experienced with the river can dive in. Its like a bottomless well. [3:23-3:38]
I lost a lot in this accident. [3:42-3:44]
So foreigners ignorant of the dangers posed by the rock are the most vulnerable?
The boatmen victim in the last accident were aware that the area where the accident occurred was dangerous. But it was us locals that were the victims of the first accident occurring in this dangerous area of the river.  [3:49-3:57]
The accident didn’t incur any human losses, just material ones. [4:25-4:27]
None of the accident incurred human losses because firstly the people in the canoe knew how to swim and secondly because the accidents occurred near the city and speedy rescues were possible. [4:29-4:36]
In the most recent accident, the people who came to the rescue struggled from 23h to 1h the next day trying to salvage products that were still in the sunken canoe. [4:40-4:49]
The next morning, we came back to the scene of the accident to continue salvaging everything we could from the sunken boat. We were able to salvage some bags of broth cubes and some containers of milk. [4:52-5:03]

I had the opportunity to speak with a gendarme (police officer) and when I asked about the Kébbaua (Yaurance), he was clueless about them. Can you explain to me the origins of the Kébbaua and the nature of their activities and travels?
There are gendarmes that know the Kébbawa. We people from Dandi call the Kébbawa “Zani Gao“. [6:09-6:20]
In Gaya we have have two appellations for the Kébbawa. We call them “Zani Gao” or “Tchico Izay”. [6:44-6:48]
The Kébbawa are fishermen that have their homes, families and everything on their boats. [6:55-7:01]
When they arrive here, do they fish?
When the Yaurance camp here, they don’t fish. But on every sing one of their crossings, they stop by here to do some shopping at the market before continuing on ahead. [7:11-7:23]
In the past, when the Yaurance stopped at Gaya, it was my father that welcomed them because he has the “Sarkin Jirhui” on the area, the master of pinnaces. [7:29-7:36]
From Gaya to Niamey, if you mention “sarkin jirgui” everyone would know that you’re talking about my father; the “sarkin jirgui” of Gaya. Sani an the others can confirm this. [7:44-7:52]
My father passed away two years ago. My half-brother succeeded him in his functions as “sarkin jirgui”. [7:53-7:58]
We were many brothers competing in the process of the succession of my father and this created many problems among us. Since rangers ultimately decide on who the successor will be, and I’ve maintained good relations with them, it was decided (thanks to me) that my older brother would be my father’s successor. [8:00-8:18]
From Gaya to Niamey, every single customs officer or gendarme operating on the river know me; they know who “Rouge” is. [8:20-8:28]
I am consulted for every event occurring on the river from Gaya to Niamey. [8:29-8:38]
When the Yaurance arrive here and stop, how do they interact with customs officers?
When the Yaurance get here, they first consult the brigade of custom officers to show them their papers, talk with them and give them a little something before continuing on their journey. [8:56-9:10]
But nowadays, control checkpoints are numerous. In the past there was only one customs control checkpoint between Gaya and Niamey, meaning that besides Gaya, the Yaurance only stopped and paid money to customs officers and gendarmes again at Boumba. [9:13-9:40]
Nowadays there is a Nigerién customs control checkpoint in Dolé at the border with Nigeria. It is there that the Yaurance get their papers. Afterwards, they pass by the brigades in Guirawa, Kombo and Tara where they also give money to officers, even though such brigades all belong to the one control checkpoint in Gaya. [9:44-10:31]

At each of the three aforementioned brigades of
Guirawa, Kombo and Tara, there lie custom officers and gendarmes. [10:28-10:31]
At Dolé Kaina, there are customs officers, guards and gendarmes. At Guirawa, there is only one customs brigade. At Kombo, there are the customs brigade and the gendarmes.  in Tara you’ll also finf gendarmes and customs officers. [10:32-10:51]
At these different brigades, foreigners are not treated in the same ways as locals. For example, if I give some money to the brigade in Kombo, I can pass through the brigade at Tara without having to pay anything because I know that all these brigades belong to the same post. [10:54-11:07]
All these three brigades belong to the same post, so if you give money to at one, you don’t have to pay anything at the others. The problem is that some people are uneducated and don’t know their rights. This is why they are exploited at each brigade. [11:08-11:31]
When you give money at the Guendéna post, you could go from Lolo to Yauri without any problem. [11:33-11:40]

Is the multiplication of customs checkpoints and brigades the cause of the diminishing numbers of journeying fishermen traveling all the way to Mali?
Due to the multiplication of control checkpoints and the consequent expenses to journeying fishermen, there are less pinnaces that pass by each year. [12:17-12:24]
When we were young, the Yaurance by every year by in four large waves. Each wave had a count of at least 20 boats. [12:25-12:38]

But the number of boats has considerably diminished because even when you pay for your voucher, you’re not safe from exploitation by customs officers and gendarmes. [12:54-13:08]

Does the rise of the water level prevent the Yaurance from navigating?
The rising of the water level does not prevent the Yaurance from passing by the bridge. They don’t even stop. [15:03-15:11]
But last year, the water level was very high and the large canoes deviated and passed by the Beninese border where the bridge is higher. [15:12-15:33]
How did the Beninese authorities react?
The Beninese control agents didn’t stop them when they passed the bridge. They observe them pass by since they are astonished to see their very large pinnaces that transport entire families. [15:42-16:05]
The Beninese agents, composed of police officers, gendarmes, investigators, phytosanitary officers and customs officers, don’t dare say anything to the Kébbaua/Yaurance when they pass the bridge. [16:10-16:16]
All these Beninese agents demand nothing from the Kébbawa. They actually tell themselves that the Yaurance have magic powers, that they are dangerous and not worth bothering. [16:51-17:03]

Do people from Gaya know the 
Kébbawa/Yaurance? What do they call them?
In Gaya, the Kébbaua are known as Gauantchey” (people of Gao) or “Zani Gao” (“I’m going to Gao” in Hausa). [17:16-17:22]
Ever since the time of our parents, when the Gauantchés (Kebbaua, Yaurance) come, they inform the “Sarki Jirgui” of Gaya about the day of their arrival. [17:24-17:33]
When the Gauantchés came to Gaya, they sometimes pass a night and a day. But they don’t leave past 14h; they leave in the morning.  [17:46-17:58]
Do you intermarry?
The Gauantchés marry within themselves because they are together and they are family. [18:04-18:24]

Thank you infinitely for your time.

Entretien Avec “Rouge” – Gaya

Pouvez-vous nous expliquer la cause des accident à coté de la grande roche la?
C’est la troisième fois qu’il y a eu un accident à cet endroit. [0:36-0:40]
<Des piroguiers s’approchent de la rive pour faire embarquer un individu>

L’endroit où il y a eu cet accident a été toujours un endroit dangereux (hanté par des génies). Il y a un rocher à cet endroit et même si l’eau se retire les gens ont peur de s’en approcher. [1:39-1:53]
Ce rocher est un endroit habité par des “satans” , par le diable. Quand tu t’approches de ce rocher sur environ une distance de 500 mètres, tu ne pourras plus diriger ta pirogue parce dès que tu t’en approches à cette distance, il y a une sorte de force aimantée qui t’attire vers le rocher. C’est qui provoque les accidents à cet endroit. [1:56-2:18]
Par ailleurs l’eau à côté du rocher est très profonde. C’est comme si on y a foncé un puits. [2:19-2:22]
Est-ce que les gens souffrent de pertes à cause des accidents au niveau de cette roche?
Les accidents au niveau de ce rocher font beaucoup de pertes. Au dernier accident à cet endroit la valeur des pertes enregistrées est estimée à environ 18 millions de Francs CFA.  [2:25-2:37]
La pirogue qui a coulé transportait du sucre (425 tonnes), du sel, du lait concentré, et des arômes. De tous ces produits coulés rien n’a pu être récupéré parce que les cartons les contenant étant mouillés ont cédé et tout est dispersé dans le fleuve. [2:49-3:22]
Là où la pirogue a coulé même quand l’eau se retirera seuls les gens très habitués du fleuve peuvent y plonger parce qu’à cet endroit l’eau est trop profonde, c’est comme un puits intentionnellement foncé. [3:23-3:38]
Cet accident m’a causé d’énormes pertes. [3:42-3:44]
Donc les étrangers sont les plus vulnérables?
Les piroguiers victimes du dernier accident ne savaient pas que l’endroit où a lieu l’accident est dangereux. Mais c’est nous-mêmes qui avons été victimes du premier accident de pirogue à cet endroit dangereux du fleuve. [3:49-3:57]
Mais l’accident n’a pas causé de perte en vie humaine, c’était juste des pertes matérielles. [4:25-4:27]
Aucun des accidents n’a causé mort d’homme parce que d’une part les gens qui sont dans les pirogues  savent nager mais aussi parce que les accidents ont eu lieu juste à côté de la ville et la rescousse a été rapide. [4:29-4:36]
Au dernier accident les gens venus à la rescousse ont lutté de 23 heures à 1 heure du matin pour essayer de récupérer les articles qu’il était encore dans la pirogue sous l’eau. [4:40-4:49]
Le lendemain matin de l’accident on était revenu sur les lieux pour continuer pour continuer de récupérer ce qu’on peut encore récupérer dans la pirogue au fond de l’eau. On a pu trouvé quelques sachets d’arômes et quelques boites de lait. [4:52-5:03]

J’avais eu l’opportunité de causer avec un gendarme, et quand je lui ai demandé a propos des Kébbaua (Yaurance), il ne les connaissait pas. Pouvez-vous m’expliquer l’origine des Kébbaua et la nature des leurs activités et voyages?
Il y a des gendarmes qui connaissent les Kébbaua que nous les gens de Dandi appellent les “Zani Gao“. [6:09-6:20]
A Gaya nous avons deux appellations pour les Kébbaua. On les appelle les “zani Gao” ou encore “tchico izay”. [6:44-6:48]
Les Kébbaua sont des pêcheurs qui ont leurs maisons, leurs familles et tout dans les pirogues. [6:55-7:01]
Quand ils arrivent ici, est-ce qu’ils pêchent?
Quand les Yaurance campent ici ils n’y pêchent pas. Mais à chacun de leurs passages, ils s’arrêtent ici pour 1 ou 2 jours pour faire leurs achats au marché avant de continuer. [7:11-7:23]
Par le passé quand les Yaurance s’arrêtent à Gaya c’était mon père qui les accueillait parce qu’ici, c’était lui le “Sarkin Jirgui“, le maitre des pirogues. [7:29-7:36]
De Gaya à Niamey, partout où vous parlez du « sarkin jirgui » on sait que vous parlez de mon père, le “sarkin jirgui” de Gaya. Les Sani sont tous au courant de cela. [7:44-7:52]
Mon père est décédé l’année  surpassée. C’est mon demi grand frère qui a succédé à mon père dans ses fonctions de “sarkin jirgui”. [7:53-7:58]
Nous étions de nombreux frères à nous lancer dans le processus de succession de mon père et cela a créé des problèmes entre nous. Mais comme il appartient finalement aux agents qui assurent la sécurité sur le fleuve de désigner le successeur, et que j’entretiens de bonnes relations avec ces gens, on a décidé grâce à moi que ça soit mon grand frère qui succède à mon père. [8:00-8:18]
De Gaya à Niamey tous les agents de douane ou de la gendarmerie qui opèrent sur le fleuve me connaissent, ils savent qui est “Rouge”.
On me met au courant et à contribution pour tout évènement qui survient sur le fleuve de Gaya à Niamey. [8:29-8:38]
Quand ils (les Yaurance) viennent ici et s’arrêtent, qu’est-ce qu’ils font au niveau de la douane?
Quand les Yaurance viennent ici ils vont au niveau de la brigade des douanes montrer leurs papiers, discuter avec eux et leur donner quelque chose avant pouvoir continuer leur chemin. [8:56-9:10]
Mais de nos jours les postes (de contrôle) sont nombreux. Avant il n’y avait qu’un seul poste de douane entre Gaya et Niamey ce qui fait qu’après Gaya, les Yaurance ne s’arrêtaient qu’à Boumba où ils donnaient l’argent de la cola aux douaniers et gendarmes. [9:13-9:40]
De nos jours il y a un poste de contrôle douanier du Niger à Dolé à la frontière avec le Nigeria. C’est là-bas que les Yaurance font leurs papiers. Après ils passent par les brigades de Guirawa, Kombo et Tara où ils donnent aussi de l’argent aux agents alors même que toutes ces brigades appartiennent au seul poste de contrôle de Gaya. [9:44-10:31]
Au niveau de toutes ces trois brigades de Guirawa, Kombo et Tara il y a à la fois la douane et la gendarmerie. [10:28-10:31]
A Dolé Kaina il y a les douaniers, les gendarmes et les gardes. A Guirawa il n’y a que la brigade (de douane). A Kombo, il y a la brigade de la douane et la gendarmerie. A Tara vous avez les gendarmes et les douaniers. [10:32-10:51]
Mais au niveau de ces différentes brigades les étrangers ne sont pas traiter de la même façon que les locaux. Par exemple si moi je donne de l’argent à la brigade de Kombo, je passe à la brigade de Tara sans rien donner parce que je sais que c’est le même poste. [10:54-11:07]
Toutes ces trois brigades appartiennent à un même poste donc normalement si tu donnes de l’argent au niveau d’une de ces brigades tu ne dois rien donner au niveau des autres. Mais le problème c’est que les gens sont des broussards et ne connaissent pas leurs droits. C’est pourquoi on leur fait payer à chaque brigade. [11:08-11:31]
Quand vous donner de l’argent au poste de Guendéna vous partirez de Lolo à Yauri sans aucun problème. [11:33-11:40]

Est-ce que la multiplication de postes et brigades de douanes peut être la cause de diminution des pêcheurs itinérants  qui  effectuent a traversée jusqu’au Mali?
A cause de la multiplication des postes de contrôle et des dépenses que cela engendre aux pêcheurs itinérants il y a de moins en moins de pirogues qui passent chaque année. [12:17-12:24]
Quand on était jeune, chaque année les Yaurance passaient en 4 vagues différentes.  Et pour chaque vague on compte au minimum 20 pirogues. [12:25-12:38]

Mais le nombre de pirogues a considérablement diminué parce que même quand vous payez une quittance elle ne vous met pas l’abri des tracasseries des agents de douanes et de la gendarmerie. [12:54-13:08]

Est-ce que la remontée de l’eau empêche au Yaurance de naviguer?
Le fait que le niveau du fleuve remonte n’empêche pas aux Yaurance de passer au niveau du pont sans même s’arrêter. [15:03-15:11]
Mais l’année passée où le niveau du fleuve est trop haut les grandes pirogues ont contourné pour passer du côté Béninois où le pont est plus haut. [15:12-15:33]
Les autorités Beninoise, comment ont-elles réagi?
Les agents de contrôle du Benin ne les arrêtent pas quand ils passent le pont. Ils observent passer parce qu’ils s’étonnent de voir des pirogues si énormes qui transportent des familles entières. [15:42-16:05]
Les agents du Benin composés de policiers, de gendarmes, d’enquêteurs, de phytosanitaires et de douaniers n’osent rien dire aux Kébbaua/Yaurance quand ils passent le pont. [16:10-16:16]
Tous ces agents Béninois ne réclament rien aux Kébbaua. En fait en les voyant passer ils se disent que ce sont des gens qui ont des pouvoirs, qui sont dangereux, et qu’il faut éviter d’embêter. [16:51-17:03]

Est-ce que les gens de Gaya connaissent les Kébbaua/Yaurance? Qu’est-ce qu’ils les appellent?
A Gaya les Kébbaua sont connus sous les noms deGawantchey” (les gens de Gao) et de “Zani Gao” (je vais à Gao). [17:16-17:22]
Depuis nos parents, quand les Gawantchés( Kebbaua, Yaurance) viennent ils informent le “Sarki Jirgui” de Gaya sur le jour de leur passage. [17:24-17:33]
Quand les Gawantchés viennent à Gaya souvent ils y passent une nuit et une journée. Mais à partir de l’après midi (vers 14 heures) ils ne quittent pas. Ils quittent les matins. [17:46-17:58]
Est-ce que vous vous entre-marriez?
Les Gawantchés contractent des mariages entre eux parce qu’ils sont ensemble et ils sont des mêmes familles. [18:04-18:24]

Merci énormément pour votre temps.

Interview with Dantani – Canoe Pilot

Could you begin by telling us how you got into your work; fishing and sailing?
We start learning this work from a young age.  You have to follow canoe pilots in order to truly learn how to properly pilot a canoe. Keep doing this and one day you’ll be the one teaching others how the job is done. If you don’t like the work or you’re not gaining much from it, you can other activities until you find one that suits your needs well.  [0:20-0:46]
At what age did you start this work?
I started this work when I was 15 years old. [0:52-54]
Out of all the activities available, which one is your strongest?
I partake in fishing using many different tools such as a fishing net, “taru”, “lingo”, “mamari”* depending on the present situation. [1:11-1:22]
*For more information concerning fishing tools, consult the Sarkin Rua interview

Nowadays we also do rice farming in addition to fishing.  [1:27-1:30]
Where do you farm rice?
We do rice farming in Tomaré (Dessa). [1:47-1:50]
So you possess rice paddies there?
No, we don’t have any rice paddies but we borrow the needed field from the local folk of Dessa. After the harvest we give some of our harvested rice to the field owners and we consume the rest.  [1:58-2:07]
For how many years have you been rice farming?
I’ve been farming rice for three years.. [2:23-2:26]

Where are you coming from? And where are you headed?
I’m coming from Yauri  and heading to Tomaré (Dessa), passing by Sabon Gari which is my hometown. [2:39-2:43]
What is the role of the canoe/pinnace owner with you?
He advises us during the crossing by showing us and good and bad pathways ahead, as well as obstacles. [3:00-3:30]
Is he your father?
I’m driving my uncle’s canoe. He is my deceased father’s younger brother. [3:33-3:36]

How is life under this career?
The difficulty that we all face is the rarity of fish nowadays. We can’t catch enough to feed our families. [3:53-3:36]
This scarcity of fish, is it the reason why you’ve partaken rice farming?
Yes. We fishermen have started farming rice because fish has nowadays become rare and we need a complementary activity in order to feed our families.  [4:20-4:33]

What canoe/pinnace engines do you use?
We use Yamaha and Suzuki brand engines which we call  “dandjéhé”. In the past we were using the Yamaha engine, but is outdated nowadays and we mainly use Suzuki ones. The Yamaha engine is very lacking in terms of efficacy compared to the Suzuki one. [5:07-5:38]

How are your stays in host villages?
It is not always easy to live with people that are not from the same ethnic community as you because will always have some differences even if you tend to get along well. Sometimes we find ourselves in disputes. [5:57-6:05]
What are the general causes of such disputes?
Certain locals consider us as intruders on their territory. They see us as people that disturb their fishing activities or people that damage their rice paddies. This is why we sometimes have issues with certain locals in our host villages. [6:22-6:34]
Do you intermarry with folk from the host villages?
J’ai marié une femme de Dessa qui se trouve actuellement là-bas. Mais nous on ne donne pas nos femmes en mariages aux gens de nos villages hôtes. [6:51-7:18]

Who taught you this work?
I learned the job of canoe piloting by following my father. [7:42-7:48]
Did he use an engine on his canoe/pinnace
Before the arrival of engines, my father used to complete the crossing rowing by hand. [8:36-8:41]
How much time do you take to sail fron Sabon Gari to Dessa?
If we don’t make many stops, we can get from Sabon Gari to Dessa in a week.  [9:18-9:24]

Thank you infinitely for your time.

Entretien Avec Dantani – Pilote de Pirogue

Pouvez vous nous raconter comment vous aviez commencé ce travaille de pêcheur et pilote de pirogue?
On commence à apprendre le métier de guide dès le bas âge. Il faut suivre les conducteurs de pirogues pour pouvoir bien comprendre comment faire pour pouvoir bien conduire une pirogue. Cela arrive au point la ou toi même tu apprends à d’autres le métier. Si ce que tu fait ne te plait pas, tu essaies d’autres activités jusqu’à ce que tu trouves une qui te plait. [0:20-0:46]
A quel age aviez-vous commencé ce travail?
J’ai commencé ce travail quand j’avais 15 ans. [0:52-54]
Quelle activité(s) préférez vous?
Je pratique la pêche en utilisant différents outils comme le filet, le “taru“, “lingo” , le “mamari“* en fonction des cas qui se présentent. [1:11-1:22]
De nos jours nous faisons la riziculture en plus de la pêche. [1:27-1:30]
*Pour plus d’information a propos des outils de peche, consultez l’entretien de Sarkin Rua.

Ou pratiquez-vous la riziculture?
On pratique la riziculture à Tomaré (Dessa). [1:47-1:50]
Donc vous possédez des rizières la ba?
Nous n’avons pas de rizières mais nous en empruntons auprès des populations locales de Dessa. Après les récoltes nous donnons un peu de riz aux propriétaires et nous consommons le reste de la production. [1:58-2:07]
Cela fait combien de temps que vous pratiquez la riziculture?
Ça fait trois ans que je cultive le riz. [2:23-2:26]

Vous provenez d’où, et ou se trouve votre destination?
Je viens de Yauri en destination de Tomaré (Dessa) en passant par Sabon Gari qui est mon village. [2:39-2:43]
Qu’est est le rôle du propriétaire de la pirogue?
Il nous guide pendant la traversée en nous indiquant les bons et mauvais chemins. [3:00-3:30]
Est-il votre père?
Je conduis la pirogue de mon oncle, le petit frère de mon père décédé.  [3:33-3:36]

Comment trouvez-vous votre vie en temps que pratiquant de ce métier?
La difficulté que nous rencontrons c’est la rareté du poisson. On en trouve à peine pour nourrir sa famille. [3:53-3:36]
Cette insuffisance de poisson, est-elle la raison pourquoi pratiquez la riziculture?
Effectivement. Si nous pêcheurs avons commencé à cultiver du riz c’est parce  que le poisson est devenu rare et qu’il fallait avoir un complément d’activité pour nourrir sa famille. [4:20-4:33]

Quel moteurs utilisez-vous?
Nous utilisons les moteurs de marque Yamaha et de marque Suzuki qu’on appelle  “dandjéhé”. Avant nous utilisons le moteur Yamaha qui est dépassé de mais  nos jours nous utilisons le moteur Suzuki. Le moteur Yamaha est beaucoup moins efficace que le moteur Suzuki. [5:07-5:38]

Comment trouvez vous vos séjours dans les villages hôtes?
Ce n’est pas toujours facile de cohabiter avec des gens qui ne sont pas de ta communauté ethnique parce qu’il arrive que vous ayez quelques différends même si vous arrivez le plus souvent à vous comprendre. Souvent on se trouve dans des disputes. [5:57-6:05]
En général, quelle sont les raisons pour ces disputes?
Certains locaux nous considèrent comme des intrus sur leur territoire qui les gênent dans leur activité de pêche ou qui endommagent leurs semis de riz. Et c’est ce qui fait que souvent nous avons des problèmes avec certaines personnes de nos villages hôtes. [6:22-6:34]
Est-ce que vous vous entre-mariez avec le peuple des villages hôtes?
J’ai marié une femme de Dessa qui se trouve actuellement là-bas. Mais nous on ne donne pas nos femmes en mariages aux gens de nos villages hôtes. [6:51-7:18]

Qui vous a appris ce métier?
J’ai appris ce travail de conducteur de pirogue en suivant mon père. [7:42-7:48]
Utilisait-il un moteur?
Mon père avant l’avènement du moteur faisait partie de ceux qui ramaient à la main pour faire la traversée du fleuve. [8:36-8:41]
Combien de temps prenez-vous pour parcourir le trajet de Sabon Gari a Dessa?
Si nous ne faisons pas trop d’arrêts nous parcourons la distance Sabon Gari- Dessa en une semaine. [9:18-9:24]

Merci énormement pour votre temps.

Short Interview with Fati Hama – Niamey Resident

My name is Fati Hama, I am the mother of two children. [0:20-0:27]
Why do you forbid your children from approaching the river and the Yaurance?
We do not want our children approaching the Yaurcance‘s cannoes because they risk falling in the water and drowning. [1:42-1:49]
What do you know concerning the “agnamiri” (man eaters)?
We also don’t want our children approaching the Yaurance because they are bad. It is said that they abduct children.  [2:04-2:11]
It is said that  when the Yaurance abduct children, they take them to Nigeria. [2:15-2:17]
Once they bring the children to Nigeria, they then behead them.  [2:26-2:30]

Thank you infinitely for your time.

Entretien Court Avec Fati Hama

Je m’appelle Fati Hama, j’ai deux enfants. [0:20-0:27]
Pourquoi empêchez-vous a vos enfants d’approcher le fleuve et des Yaurance?
On ne veut pas que les enfants s’approchent des pirogues des Yaurance parce qu’ils risquent de tomber dans l’eau et c’est la noyade. [1:42-1:49]
Que connaissez-vous a propos des “agnamiri” (mangeurs d’homme)?
On empêche aussi aux enfants d’aller à côté des Yaurance parce qu’’ls sont mauvais. On dit qu’ils volent des enfants.  [2:04-2:11]
On dit que  quand les Yaurance volent des enfants ils les amènent vers le Nigeria. [2:15-2:17]
Une fois qu’ils amènent les enfants au Nigeria, ils leurs coupent les têtes. [2:26-2:30]

Merci énormément pour votre temps.

Deprecated: Function get_magic_quotes_gpc() is deprecated in /customers/7/9/d/rivernomads.dk/httpd.www/wp-includes/formatting.php on line 4360 Deprecated: Function get_magic_quotes_gpc() is deprecated in /customers/7/9/d/rivernomads.dk/httpd.www/wp-includes/formatting.php on line 4360